I. Introduction

Le débat au sujet du MPEG-4 se continue, ses spécifications sont disponibles depuis quelques temps déjà et le Internet Streaming Media Alliance (ISMA) à publié ses spécification sur le "streaming" Internet en se basant sur le MPEG-4. MPEG-4 est le premier standard de contenu multimédia ouvert et compréhensible qui supporte plusieurs industries du multimédia, comme MPEG-2 supporte l'industrie du DVD et de la télévision. Le standard basé objet qu'est MPEG-4 est à la fois à fine pointe de la technologie et prêt pour le futur; il pourras aisément incorporer les améliorations technologiques si et quand elles se matérialises. En fait, une équipe conjointe du MPEG/ITU-T est à incorporer un nouveau codec vidéo d'ici peu, demeurant ainsi à la fine pointe de la technologie du codec vidéo. Cette partie sera également un standard du International Telecommunication Union (ITU-T).

II. Le but demeure l'interopérabilité

Pendant ce temps, le Moving Picture Experts Group n'est pas resté assis sur ses lauriers. Il a récemment finalisé la première version du standard international MPEG-7 pour la description du contenu, qui sera publié par ISO sous peu. MPEG-7 complémentera MPEG-4 et ne tentera pas de le supplanter. MPEG-4 défini comment représenter un contenu; MPEG-7 spécifie comment le décrire. Et à l'horizon pointe un autre standard ISO/MPEG, MPEG-21, qui visera à apporter un cadre multimédia réellement inter-opérable. L'essentiel de tous les efforts du MPEG est l'interopérabilité, inter-opérabilité pour le consommateur. De façon à s'assurer que celui-ci sera capable d'utiliser le contenu et ne pas avoir à s'en faire avec la compatibilité des formats, codecs, metadata, etc... MPEG-1 et MPEG-2 proposent des manières inter-opérables de représenter un contenu audio-visuel, communément utilisés avec les médias digitaux et en diffusion. MPEG-4 étends ceci à beaucoup plus d'applications à travers des fonctions comme un champ étendu du taux de transfert, son adaptabilité, sa résistance aux erreurs, son intégration homogène de différents types d'objets dans la même scène, son interface de gestion des systèmes de droits digitaux et ses puissantes possibilités d'intégration de l'interactivité à l'intérieur du contenu. MPEG-7 défini un cadre d'inter-opérabilité bien au-dessus du "metadata" traditionnel. MPEG-7 possède des éléments descriptifs qui vont des caractéristiques de base comme les caractéristiques des couleurs, des formes et des sons, jusqu'aux structures d'information de contenu de haut niveaux. Il est aussi unique pour ses outils pour structurer l'information de contenu. MPEG-7 et MPEG4 forment un excellent couple, spécialement lorsque sont utilisés les objets de MPEG-4. Avec MPEG-7 il est désormais possible d'échanger de l'information au sujet de contenus multimédias d'une manière inter-opérable, rendant plus aisée la recherche de contenu et l'identification de seulement ce que vous voulez utiliser. L'information contenu dans MPEG-7 sera ajouté aux signaux "broadcast"; les VCR et les engins de recherches pourrons l'utiliser, et il facilitera grandement l'administration des contenus multimédias dans ce qui est souvent un large "entreposage". Les archives audio-visuelles seront accessible beaucoup plus aisément grâce à MPEG-7.

MPEG-1 et MPEG-2 proposent des manières inter-opérables de représenter un contenu audio-visuel, communément utilisés avec les médias digitaux et en diffusion. MPEG-4 étends ceci à beaucoup plus d'applications à travers des fonctions comme un champ étendu du taux de transfert, son adaptabilité, sa résistance aux erreurs, son intégration homogène de différents types d'objets dans la même scène, son interface de gestion des systèmes de droits digitaux et ses puissantes possibilités d'intégration de l'interactivité à l'intérieur du contenu. MPEG-7 défini un cadre d'inter-opérabilité bien au-dessus du "metadata" traditionnel. MPEG-7 possède des éléments descriptifs qui vont des caractéristiques de base comme les caractéristiques des couleurs, des formes et des sons, jusqu'aux structures d'information de contenu de haut niveaux. Il est aussi unique pour ses outils pour structurer l'information de contenu. MPEG-7 et MPEG4 forment un excellent couple, spécialement lorsque sont utilisés les objets de MPEG-4. Avec MPEG-7 il est désormais possible d'échanger de l'information au sujet de contenus multimédias d'une manière inter-opérable, rendant plus aisée la recherche de contenu et l'identification de seulement ce que vous voulez utiliser. L'information contenu dans MPEG-7 sera ajouté aux signaux "broadcast"; les VCR et les engins de recherches pourrons l'utiliser, et il facilitera grandement l'administration des contenus multimédias dans ce qui est souvent un large "entreposage". Les archives audio-visuelles seront accessible beaucoup plus aisément grâce à MPEG-7.

III. Faire face aux problèmes

Dès le début, MPEG à compris que plus d'inter-opérabilité dans les DRM(Digital rights managements) est crucial à une infrastructure multimédia ouverte. Il y a quelques années, MPEG à pensé intégrer, profondément l'intérieur des systèmes de MPEG-4, une série de "plug-ins", appelés "Interfaces to proprietary Intellectual Property Management and Protection(IPMP)". Ceux-ci permettent, lorsque l'on veut jouer un contenu particulier, d'utiliser le "plug-in" IPMP approprié. Où l'obtenir pourra être signalé à l'intérieur du flux de données.

Mais ce n'est pas toujours assez, un lecteur de musique portable ne peut pas télécharger le bon système IPMP, donc perte d'inter-opérabilité. Le problème réside dans la standardisation des permissions. Chaque propriétaire de contenu doit, par exemple, pouvoir faire confiance à tous les utilisateurs du contenu. Ce genre de confiance est très difficile à standardiser, MPEG continu de travailler à standardiser le tout.

IV. 6 Milliards de producteurs de contenu

Ceci nous amène au cadre multimédia MPEG-21. Pour arriver à une réelle inter-opérabilité, on aura besoin de plus que l'architecture IPMP dont nous parlions plus haut. Selon son rapport technique, le but de MPEG-21 est de décrire une image générale de comment les différents éléments servant à construire une infrastructure destiné à transmettre et "consommer" les contenus multimédia(existants et en développement) sont en relation l'un avec l'autre. En présentant cette vision et en commençant à y travailler, MPEG-21 à amené beaucoup de sang neuf au MPEG, incluant des représentants de l'industrie du film, les géants de la musique et les fournisseurs en technologie.

Le monde du MPEG-21 consiste en des utilisateurs qui interagissent avec des items numérique(Digital Items). Un item numérique peut être n'importe quoi, d'une partie de contenu élémentaire(une simple photo, une piste audio) jusqu'à une collection complète d'oeuvres audio-visuelles. Un utilisateur peut être qui que ce soit qui utilise un item numérique, du producteur au vendeur au consommateur. Avec MPEG-21, tous les utilisateurs sont égaux en ce sens qu'ils ont tous leurs droits et intérêts dans les items numériques, et qu'ils ont tous le besoins d'être capable de les exprimer. La force motrice derrière MPEG-21 est la notion que la révolution numérique donne à chacun des consommateur la chance de jouer un nouveau rôle dans la "chaîne alimentaire" du multimédia. Il y a donc potentiellement 6 milliards d'utilisateurs du MPEG-21.

MPEG-21 cherche à utiliser les standards existants lorsque c'est possible, en faciliter leur intégration et remplir les vides. MPEG est présentement à préparer une série de "parties" du standard MPEG-21. En contant le rapport technique comme la partie #1, la seconde partie sera la "Digital Item Declaration", un schéma concis et puissant, basé sur le XML, pour démontrer les items numériques. Un peu plus ambitieux est la troisième partie de MPEG-21, la "Digital Item Identification and Description". Celle-ci réglera le problème d'identification unique des contenu numérique, d'une manière globale, et de donner un mécanisme de résolution en même temps que l'identification unique. Imaginez que vous avez trouvé une pièce de contenu (trouvé sur le web, reçu d'un ami, trouvé sur un CD, etc...) et que vous voulez le "consommer". Le contenu est protégé, mais une "digital item identification" vous indiquera où trouver l'information sur ses droits. L'information sur les droits est codée en utilisant les deux parties suivantes du MPEG-21, le "the Rights Expression Language, REL(part 5)" et le "Rights Data Dictionary, RDD(part 6)". Ces deux parties ensemble permettent l''expression des droits dans une forme interchangeable, en utilisant une syntaxe standardisée (REL) et des termes standardisés(RDD). Ces standards devraient être prêt au début de 2003. Il est probable que le "Right expression language" sera basé sur le XML, mais il tout aussi probable qu''il possède également une représentation binaire compacte, qui pourra être utilisé avec les contraintes de bande passante, en condition de traitement en temps réel. Entre les parties 3 et 5, vues plus haut, le travail sur un IPMP plus inter-opérable à 'l'intérieur de MPEG-4 à été récemment inclus dans MPEG-21 comme la partie #4, parce 'qu'i'l s'applique tout aussi bien à MPEG-7, MPEG-2 et MPEG-1.

V. Un contenu qui s'adapte à l'environnement

Le 7ième élément du cadre d'application sera une description unifiée de l'environnement dans lequel le contenu sera utilisé. Ceci couvre les conditions d'accès, de terminaux et de réseaux. Le but étant d'arriver à un accès multimédia universel(Universal Multimedia Access), ou le contenu s'adaptera de lui-même, d'une manière transparente et dynamiques, aux circonstances. MPEG-21 est développé en utilisant une approche par vagues, les différentes parties se suivant l'une l'autres dans le temps. Les travaux futurs sur le MPEG-21 devrait vraisemblablement inclure: "Content Representation" (comment les ressources médias sont représentés au delà des standards MPEG éxistants), "Content Handling and Usage" (Interfaces pour gérer le contenu), et "Event reporting" (rapport d'évènements).

VI. Tout les utilisateurs bénéficieront

MPEG-4 prouve sa viabilité dans le marché comme un standard multimédia ouvert. L'"écosystème" prends vie: serveurs, joueurs, "hardware" et "software", systèmes de test, noyau IP et outils d'auteurs sont mis en oeuvre. Ceci représentera un pas de géant vers une plus grande inter-opérabilité dans le monde du multimédia. MPEG-7 aidera à gérer l'abondance sans cesse grandissante de contenu et MPEG-21 rendra l'interaction protégée avec le contenu de plus en plus transparent, égalisant ainsi les chances pour tout les participants dans la "chaîne alimentaire" multimédia. Les différents utilisateurs ne peuvent qu'en retirer les bénéfices.